Le 2 mai 2015

L’intention était bonne, pourtant. «On met les maillots du club pour la photo là-haut.» Cependant, là-haut, c’est en nage qu’on y est parvenu et c’est un vent glacial qui nous y a saisis. Alors, la photo, on la faite en k-way. Raté. Que messieurs Desmaris, Carrefourmarket, Proman et Zig-Zag ne nous en veuillent pas trop. Ils sont au moins cités.

Et, au passage, un grand merci à la dame qui a gentiment pris le cliché, c’est son doigt que l’on voit.

7:00, rendez-vous est donné sur le parking de Christophe. Pas de Bourgogne Cyclo : 48 euros l’inscription, on les salue, avec une courtoisie infinie. 

Tonio arrive en avance et prend soin des vélos. J’ai 10 minutes de retard : pas bon du tout en descente, même de lit.  Le 3° d’Ecuisses ne s’agace pas pour autant : j’ai, cette fois, la vie sauve.

On embarque dans la Toniomobile. Deux heures de Bresse, pensées émues pour le peloton des copains, puis le Bugey. On est tout fous, c’est beau partout, ça monte, ça descend, il y a des coins de VTT qui nous font faire des pffff et des wouha.

Puis le monstre, au loin. Le grand Colombier. Parking, café, vélo : première montée par Artemare. On ne savait pas trop où on allait, à vrai dire. Panneau : col à 15 km. On est bien, facile, la vie est belle, pensées émues à nos femmes.

Et puis le milieu de l’ascension : passage à 8%, puis 12, puis 20%. Christophe dira à 10% : «sympa, ce replat, on récupère.»

Enfin le dernier lacet : parterre de jonquilles,  voiles de brumes, la croix monumentale en haut, des saintes vierges : c’est le paradis !

Descente vers Anglefort. La route est mauvaise : on nous avait prévenus au café. Tonio crève, réparation habile et rapide. Je suis debout sur les freins, livide.

Fin de la descente : remontée. 15, 8 km oui, 7,8% de moyenne. Chouette. Une partie en long tout-droit pentu et infini. Deuxième passage au sommet : l’heure de partir. Descente par Artemare. Pensées émues aux plaquettes qui fondent plus vite que la neige. Sprint final dans les faubourgs d’Artemare.

Sur le retour, sandwich et éclair engloutis sur un banc public à Ambérieu. Bilan : deux ascensions sur quatre.  Belle journée entre potes ! Et la promesse que nous reviendrons.

Merci à Antoine pour l’article.